Une histoire de clous (de girofle)

Rate this post

S’il y a bien une épice dont on ne connaît pas grand-chose, c’est bien le clou de girofle. Il faut bien reconnaître que l’on en utilise très peu en cuisine, on pourrait même dire de moins en moins. En France, on le retrouve essentiellement dans la choucroute, le pain d’épices, le célébrissime pot-au-feu, dans certaines marinades, mais également dans des boissons chaudes comme le thé. Il est bon tout de même de relativiser cette apparente désaffection pour les clous de girofle. Mal aimée, cette épice gagne pourtant à être connue.

 

En effet, le clou de girofle entre dans la composition de nombreux mélanges d’épices comme le ras-al-hanout, le 5 épices, le curry, le colombo, le massale, etc. De plus, les bienfaits des clous de girofle pour la santé lui permettent de figurer en bonne place sur les étagères des apothicaires de certains pays comme ceux des pays du Maghreb ou d’Asie. Et de plus en plus sur les nôtres !

 

Un peu d’histoire …

On trouve la trace de cette épice dans un texte indien « le Râmâyana » écrit entre le IIIe siècle avant et le IIIe siècle après J-C. Ce texte forme avec le Mahabharata les fondements de l’hindouisme et de la mythologie hindoue. On y apprend que pour avoir une haleine fraîche, il est conseillé d’avoir des clous de girofle dans la bouche. On retrouve cette pratique de mâchouiller des clous de girofle pour une meilleure hygiène dentaire en Chine. Il était d’ailleurs, paraît-il, obligatoire de le faire si une rencontre avec l’Empereur était prévue.

C’est Pierre Poivre (1719-1786), le célébrissime botaniste français qui a planté les premiers girofliers en Isle de France (l’actuelle île Maurice) puis aux Antilles. Originaire de l’archipel des Moluques, on oublie que les clous de girofle étaient une épice très recherchée et donc très chère. Les colonisateurs portugais (XVIe siècle) voulant s’assurer de son monopole avaient même entrepris de brûler tous les girofliers qui poussaient sur les autres îles de l’archipel privilégiant uniquement ceux de l’île de Ternate.

Les clous de girofle sont des boutons floraux qui poussent sur l’arbre giroflier (Syzygium aromaticum) qui mesure entre 10 et 15 mètres de haut. Ils sont cueillis avant leur floraison, et laissés, sécher au soleil jusqu’à ce qu’ils deviennent petits, secs, qu’ils obtiennent une couleur foncée et que leur forme se rapproche de celle d’un clou.

 

L’utilisation controversée des clous de girofle…

Voici un chiffre qui va en surprendre plus d’un. 95 % de la production mondiale de clous de girofle est utilisée en Indonésie pour la fabrication de cigarettes, les fameuses Kreteks. Le créateur de cette cigarette, souffrant d’asthme, voulait profiter des vertus du clou de girofle pour diminuer les douleurs de poitrine. Il n’aura cependant pas eu le temps de profiter des retombées économiques de son invention, car il est mort dix ans après sa création en 1890. Les fabricants de Kreteks sont très discrets sur les impacts négatifs de leurs cigarettes sur la santé, ils préfèrent communiquer sur les bienfaits de l’eugénol, le principe actif, des clous de girofle. Commercialement, cela peut se comprendre. Cependant, les études démontrent que ces cigarettes, même plus faibles en nicotine, sont tout aussi nocives que les autres en termes de goudron et de monoxyde de carbone. En France, avant l’interdiction des cigarettes parfumées, on en trouvait chez certains buralistes classiques. Aujourd’hui, on en trouve encore, sous le manteau, dans certains magasins indiens ou indonésiens ou alors directement à l’Ambassade d’Indonésie à Paris.

Le nom de Krekets est une onomatopée qui reproduit le bruit de crépitement des clous de girofle quand ils brûlent.

 

Quelques astuces éprouvées des clous de girofles

Le clou de girofle, utilisé, dans quelques plats culinaires se trouve être un très puissant répulsif à insecte, mais offre aussi de nombreuses 2 très efficaces :

  • Avez-vous déjà entendu parler de « la pomme d’ambre » ? C’est une orange dont l’écorce est piquée de clous de girofle. Si vous la suspendez dans votre armoire à linge, elle le protégera des mites et le parfumera.
    Cette même astuce est également très utile en été pour faire fuir les mouches et les moustiques ! Et si vous n’avez pas d’orange, prenez un citron.
  • Maux de dents ? Qui n’a, en effet, jamais entendu parler de la vertu calmante de cette épice en cas de rage dentaire ? Il suffit pourtant d’en coincer un morceau entre deux dents pour ressentir le pouvoir actif du clou de girofle. Ce dernier possède, en effet, à la fois des vertus antiseptiques et analgésiques permettant de calmer les douleurs. Les fabricants de bains de bouche l’ont bien compris, car il entre dans la composition de nombre d’entre eux.
  • Infection urinaire ? Préparez-vous une infusion aux clous de girofle ! Mettez 4 à 5 clous de girofle dans 300 ml d’eau et laissez infuser une bonne dizaine de minutes. Il aura une action antibactérienne très efficace permettant également de prévenir de l’apparition d’une nouvelle infection.
  • Mauvaises odeurs persistantes ? Laissez macérer pendant une semaine 6 clous de girofle dans 100 ml de vinaigre blanc. Mélangez cette solution avec 1 litre d’ Vaporisez ensuite cette préparation. Fini les mauvaises odeurs !
  • Cheveux secs et fatigués ? Les clous de girofle sont très efficaces contre les cheveux en perte de vitalité. Il suffit de faire infuser quelques clous de girofle dans un peu d’huile d’ Appliquez le mélange huileux dans les cheveux pendant une vingtaine de minutes avant de faire un shampooing. Vos cheveux retrouveront de l’éclat et de la vitalité !

Le clou de girofle malgré ses nombreuses vertus médicinales, reste déconseillé pour les femmes allaitantes ou enceintes, les enfants et les personnes souffrant de certaines pathologies graves.

Pour finir, savez-vous pourquoi cette épice porte ce nom ? Le clou de girofle doit son nom au christianisme qui considère les clous de girofle comme le symbole végétal de la crucifixion du christ, ce qui justifie pourquoi on parle de « clou » de girofle et non de fleur de giroflier. Il s’agit bien pourtant d’une fleur qui gagnerait à recevoir un peu plus d’affection…